Sa vie, ses proches

Une vie de poète

Ils ont parlé de lui

Les contemporains de LF

Contact JMB


Les écrivains parlent de La Fontaine
Que pensent-ils de lui ?


Aimé, détesté, adoré, laissant indifférent, La Fontaine et ses fables ont fait couler beaucoup d'encre...Voici, ci-dessous, une série de citations qui vous le montreront. Certaines sont très dures pour le poète, d'autres montrent qu'ils apprécient son travail, certaines enfin le placent au sommet de l'art poétique. Il y en a pour tous les goûts...
Si vous en connaissez d'autres, n'hésitez pas à me les envoyer!!

Lisez l'éloge de La Fontaine, écrite par Chamfort en 1774.

PAUL VALERY "Je ne puis souffrir le ton  rustique et faux [des contes de La Fontaine], les vers d'une facilité répugnante, leur bassesse générale, et tout l'ennui que respire un libertinage si contraire à la volupté et si mortel à la poésie."

PIERRE DESPROGES:  Voici une définition tirée du D.S.U.E de Desproges (Dictionnaire Superflu à l'Usage de l'Elite et des Bien Nantis) envoyée par un visiteur de ce site:

Ysopet n. m. du latin ysopetus (ysopetae, ysopetam, ysopetorum) Nom donné , au Moyen Age, à des fables ou recueils de fables imitées ou non d'Esope les ysopets d'Anne de Beaugency, de Charles de Brabant de Zézette d'Orléans sont parmi les plus célébres .

Avec cet effroyable cynisme d'emperruqué mondain qui le caractérise , La Fontaine n'hésita pas à puiser largement dans les ysopets des autres pour les parodier grossièrement et les signer de son nom. Grâce à quoi , de nos jours encore , ce cuistre indélicat passe encore pour un authentique poète , voire pour un fin moraliste , alors qu'il ne fut qu'un pilleur d'idées sans scrupules, doublé d'un courtisan lèche-cul craquant des vertèbres et lumbagoté de partout à force de serviles courbettes et honteux léchages d'escarpins dans les boudoirs archiducaux où sa veulerie plate lui assura le gîte, le couvert et la baisouillette jusqu'à ce jour de 1695 où, sur un lit d'hôpital, le rat, la belette et le petit lapin lui broutèrent les nougats jusqu'à ce que mort s'ensuive , ce qui prouve qu'on a souvent besoin d'un plus petit que soi. Essayez de vous brouter vous-même les nougats , vous verrez que j'ai raison.

MOLIERE: "Nos beaux esprits ont beau se trémousser, le Bonhomme ira plus loin que nous."

MADAME DE SEVIGNE: "Faites-vous envoyer promptement les fables de La Fontaine, elles sont divines. On croit d'abord en distinguer quelques unes, et à force de les relire, on les trouve toutes bonnes. C'est une manière de narrer et un style à quoi l'on ne s'accoutume point"

LA BRUYERE: "Homme unique en son genre, modèle difficile à imiter"
                            "Un homme paraît grossier, lourd, stupide, il ne sait pas parler ni raconter ce qu'il vient de voir: s'il se met à écrire, c'est le modèle des bons contes, il fait parler les animaux, les arbres, les pierres, tout ce qui ne parle point: ce n'est que légèreté, qu'élegance, que beau naturel et que délicatesse dans ses ouvrages."

PERRAULT: "Non seulement il a inventé le genre de poésie où il s'est appliqué, mais il l'a porté à sa dernière perfection."

FENELON: "La Fontaine a donné une voix aux bêtes pour qu'elles fissent entendre aux hommes les leçons de la sagesse."

BOILEAU: " Les ouvrages de La Fontaine sont reçus avec des battements de mains."

VOLTAIRE: "C'est un homme unique dans les excellents morceaux qu'il nous a laissés (...) ils iront à la dernière postérité; ils conviennent à tous les hommes, à tous les âges."

ROUSSEAU: " Composons, Monsieur de La Fontaine.   Je promets, quant à moi, de vous lire, avec choix, de vous aimer; de m'instruire dans vos fables, car j'espère ne pas me tromper sur leur objet; mais pour mon élève, permettez que je ne lui en laisse pas étudier une seule, jusqu'à ce que vous m'ayez prouvé qu'il est bon pour lui d'apprendre des choses dont il ne comprend pas le quart, que dans celles qu'il pourra comprendre il ne prendra jamais le change et qu'au lieu de se corriger sur la dupe, il ne se formera pas sur le fripon." (Emile, livre II)

CHAMFORT: "Le style de La Fontaine est peut-être ce que l'histoire littéraire de tous les siècles offre de plus étonnant."

LOUIS RACINE: "... Un homme fort malpropre et fort ennuyeux... Il ne mettait jamais rien du sien dans la conversation ; il ne parlait point ou voulait toujours parler de Platon, dont il avait fait une étude particulière dans la traduction latine."

TAINE:     " C'est La Fontaine qui est notre Homère...il nous a donné notre oeuvre poétique la plus nationale, la plus achevée et la plus originale."
                " la fable est une mascarade; le simple déguisement des animaux en hommes fait sourire. Leur monde est la parodie du nôtre, et leurs moindres actions sont la critique de nos moeurs. La fable est donc par nature une comédie et le poète un railleur."

GOETHE: "La Fontaine est en si haute estime chez les français, non à cause de sa valeur poétique, mais à cause de la grandeur de son caractère."

GIRAUDOUX: "Les fables de La Fontaine ne nous montrent pas des hommes prenant des masques de bêtes, mais le contraire. Au-dessous du masque humain qui la couvre, demeure et vit sans trop se douter ce de que le fabuliste lui fait dire, la bête véritable. Au-dessous de cette avarice, de cette adulation qu'on lui impose, existe tout ce qui est félin, fauve, poilu, et parfois transparait d'une façon extraordinaire, écartant le déguisement humain; la candeur ou l'inquiétude animale." (les cinq tentations de La Fontaine)

GUTWIRTH: .. dans l'exacte mesure où la fabe confère à la bête le don de la parole, elle l'arrache à son mystère, la satellise, modelée qu'elle se retrouve sur la patron des penchants humains - vanité, couardise, jactance, perfidie. Réciproquement, dans la mesure où, ces traits, elle a eu à les loger sous le pelage d'une bête, la fable, en nous transportant hors de nous-mêmes, nous dépayse d'autant, ouvre le champ à l'aventure" (Un merveilleux sans éclat, La Fontaine ou la poésie exilée."

POMPIDOU: " La Fontaine, maître dans l'art classique de "faire difficilement" des vers faciles."

GIDE: "On ne saurait rêver d'art plus discret, d'apparence moins volontaire... on sent aussi qu'il y entre de la malice et qu'il faut se prêter au jeu, sous peine de ne pas bien l'entendre; car il ne prend rien au sérieux."

CELINE: "La Fontaine fait des fables, ben qu'est-ce qui va en faire maintenant?.. Il n'y a rien à ajouter; c'est fait, c'est correct. C'est plein.. C'est ça, c'est tout.. Et pis après, bé dame, après, y a pus rien à faire."

LAMARTINE: " On me faisait bien apprendre par coeur quelques fables de La Fontaine, mais ces vers boiteux, disloqués, inégaux, sans symétrie, ni dans l'oreille ni sur la page, me rebutaient."

CLARAC (Pierre): "Il est des artistes qui, fixés sur un seul objet, s'efforcent; dans une contemplation immobile, d'y retrouver l'essence de la réalité et les secrets de l'univers. D'autres, tentés par tous les rayons et tous les reflets, dociles à tous les souffles, ne voudraient rien laisser au monde en dehors de leur oeuvre:
Hommes, dieux, animaux, tout y fait quelque rôle.
Ils promènent à la surface des choses un émerveillement que n'abandonne jamais une secrète défiance. Jouir de tout sans s'attacher à rien, c'est leur devise; c'est celle de La Fontaine. Et c'est pourquoi son oeuvre est à la fois si enjouée et si amère."

FUMAROLI (Marc): "S'il est un lieu où tout le "siècle d'Auguste" vient se résumer, avec toute sa lyre et ses couleurs contrastées, c'est bien dans les Fables, où Virgile, Horace, les élégiaques, retrouvent leur voix sous celle de Phèdre et d'Esope, et où Ovide, qui a chanté tant de métamorphoses d'hommes et d'animaux,revient avec une tout autre séduction alexandrine que chez Benserade ou chez Du Ryer.  Lieu d'affleurement de tant de richesses contradictoires de la tradition poétique  française, les fabls s'offrent en outre le luxe de réverbérer dans toute leur diversité les saveurs de la poésie romaine à son point de suprême maturité. Il y a bien quelque chose de pantagruélique dans l'art de La Fontaine, le plus érudit de notre langue; mais ce qui se voyait chez Rabelais, ce qui était voyant chez Ronsard, s'évapore chez lui en un essence volatile et lumineuse, où des visions dignes d'Homère apparaissent, et ne se dissipent pas. Le génie d'une langue et celui d'une culture millénaire se concentrent ici en un point où la justesse de la voix et celle du regard suffisent à tout dire d'un mot."

DANDREY (Patrick): "L'utile se marie ici à l'agréable, se métamorphose même en forme d'agrément conscient et accepté: il est utile de satisfaire le besoin de beauté et de jouissance gratuites des hommes -il le faut. Ainsi se définit une morale "supérieure" de l'apologue, assimilée au désir de poésie, désir de beauté et de gaieté, conçu comme geste de rupture avec la réalité par la fascination dont il nous charme - mais aussi par l'éveil de conscience que son ironie critique y associe sans contradiction ni césure: car l'apologue "réveille". Cette double tâche relève du pouvoir de la gaieté, tout à la fois chameuse et incisive. Et la philosophie supérieure des fables consiste donc en une sagesse de la gaieté qui pourrait se définir comme le charme d'un plaisir lucide en même temps que d'un plaisir de lucidité."

Google
 

ancre