Une fable au hasard

Les 12 livres

Les Fables

Tris de fables

Le bestiaire

Les personnages

Morales et maximes

Les sources

 Italien
 Allemand
 Anglais

Contact JMB
Envoyez une carte postale avec cette illustration
Signaler cette fable à un ami
Imprimer

Les lectures de JMB
Allez voir mes lectures.

Le Blog de JMB
Mes textes personnels






Le Paon se plaignant à Junon
 Livre II - Fable 17

La source de ce poème est à chercher chez Phèdre (Livre III, 16, « Plainte du Paon à Junon »). Nous avons déjà rencontré une fable semblable. En effet, dans « Le Corbeau voulant imiter l’Aigle » (Livre II, fable 16), nous voyons le corvidé y étaler la jalousie qu’il ressent pour la force de l’oiseau de Jupiter. Dans cette fable-récit, le paon est lui aussi jaloux mais de la voix du rossignol.

           Le paon se plaignait à Junon.
« Déesse, disait-il, ce n'est pas sans raison
           Que je me plains, que je murmure:
            Le chant dont vous m'avez fait don
            Déplaît à toute la nature ;
Au lieu qu'un rossignol, chétive créature,
        Forme des sons aussi doux qu'éclatants,
            Est lui seul l'honneur du printemps.
            Junon répondit en colère :
        « Oiseau jaloux, et qui devrais te taire,
Est-ce à toi d'envier la voix du rossignol,
Toi que l'on voit porter à l'entour de ton col
Un arc-en-ciel nué de cent sortes de soies,
           Qui te panades, qui déploies
Une si riche queue, et qui semble à nos yeux
            La boutique d'un lapidaire ?
            Est-il quelque oiseau sous les cieux
            Plus que toi capable de plaire ?
Tout animal n'a pas toutes propriétés.
Nous vous avons donné diverses qualités :
Les uns ont la grandeur et la force en partage ;
Le faucon est léger, l'aigle plein de courage ;
            Le corbeau sert pour le présage ;
La corneille avertit des malheurs à venir;
            Tous sont contents de leur ramage.
Cesse donc de te plaindre ; ou bien, pour te punir,
            Je t'ôterai ton plumage.»

Pourquoi Junon ???Le paon est l’oiseau dédié à Junon.

Sans raison que je me plains..Mais pourquoi le paon se plaint-il donc ? Dans la fable 7 du Livre I, Jupiter n’a-t-il pas demandé à tous les animaux de lui faire part de leur souhaits : « Si dans son composé quelqu’un trouve à redire, / Il peut le déclarer sans peur ; / ... » (vers 3, 4). Chacun se trouvait fort bien fait à l’époque.

Un arc-en-ciel nué:  Aux couleurs disposées selon les diverses nuances.

Qui te panades : qui te pavane, qui marche avec fierté (le terme a la même origine que le mot paon).

Le lapidaire est à la fois celui qui taille et polit les pierres précieuses et celui qui en fait commerce. Le terme désigne aussi tout ce qui concerne les pierres. Guez de Balzac écrira à M. de Forgues : « Je trouve les émeraudes de vos paons d’aussi grand prix que celles des lapidaires. » (cité dans « La Fontaine - Œuvres complètes, tome I ; Fables, contes et nouvelles » édition établie, présentée et annotée par Jean-Pierre Collinet ; NRF Gallimard ; Bibliothèque de La Pléiade ; 1991, p. 1092).

La corneille avertit des malheurs à venir: Dans « Esope le Phrygien », La Fontaine écrit : « A peine notre Phrygien fut hors qu’il aperçut deux corneilles qui s’abattirent sur le plus haut [...]. ‘Moi qui ai vu deux corneilles, je suis battu, mon maître qui n’en a vu qu’une est prié de noces.’ »

Leur ramage: Le chant des oiseaux. Il était produit dans la ramée. Rappelons-nous Sans mentir, si votre ramage / Se rapporte à votre plumage, / Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois. » ( « Le Corbeau et le Renard », Livre I, fable 2, vers 7-9).

Google
 

ancre





W. Aractingy 81 x 100 cm, Janvier 1993

Voyez aussi cette fable illustrée par: