Fables

Contes libertins

Récits poétiques

Correspondance

Théâtre et Opéra

Oeuvres en prose

Contact JMB


Chanson de La Fontaine pour Monsieur de Maucroix


1647: c'est une année charnière dans la vie de La Fontaine et dans celle de son ami Maucroix: le mariage pour l'un (on sait ce qu'il en pense) et le choix de sa carrière, le choix de la carrière d'avocat ou de chanoine à Reims pour l'autre. Une longue correspondance entre les deux hommes se fit à cette époque. Maucroix revint même à Chateau-Thierry l'espace de quelques jours pour discuter avec Jean de cette situation bouchée dans laquelle tous deux se trouvaient..
Maucroix ayant choisi la charge de chanoine à Reims, Jean écrivit ceci:

Tandis qu'il était avocat,
Il n'a pas fait gain d'un ducat;
Mais vive le canonicat!
Alleluia!

Il lui rapporte force écus
Qu'il veut offrir au dieu Bacchus,
Ou bien en faire des cocus!
Alleluia!


C'est à cette époque là qu'a également été écrit l'apologue de la fable « Le meunier, son fils et l'âne», que La Fontaine inclut plus tard à la fable. Lisez le convenablement, et vous verrez dans ces mots l'embarras des deux amis...


" Dites-moi, je vous prie,
Vous qui devez savoir les choses de la vie,
Qui par tous ces degrés avez déjà passé,
Et que rien ne doit fuir en cet âge avancé,
A quoi me résoudrai-je? Il est temps que j'y pense.
Vous connaissez mon bien, mon talent, ma naissance:
Dois-je dans la province établir mon séjour,
Prendre emploi dans l'armée, ou bien charge à la Cour?
Tout au monde est mêlé d'amertume et de charmes:
La guerre a ses douceurs, l'hymen a ses alarmes.
Si je suivais mon goût, je saurais où buter,
Mais j'ai les miens, la Cour, le peuple à contenter."
.../...
Quant à vous, suivez Mars, ou l'Amour, ou le Prince;
Allez, venez, courez; demeurez en province;
Prenez femme, abbaye, emploi, gouvernement:
Les gens en parleront, n'en doutez nullement."
Google
 

ancre







W.Aractingi