Fables

Contes libertins

Récits poétiques

Correspondance

Théâtre et Opéra

Oeuvres en prose

Contact JMB


Vers à la manière de Neuf-Germain, sur la prise de Philisbourg


Va chez le turc et le sophi,
Muse, et dis, de Tyr à Calis,
Que, malgré la ligue d'Augsbourg,
Monseigneur à pris PHILISBOURG.

Tu pourras jurer : “ Par ma fi,
C'est le digne héritier des Lis.
Comment, diable! il prend comme un bourg
L'inexpugnable PHILISBOURG! ”

Seize jours au siège ont suffi;
D'autres guerriers y sont vieillis.
Ce premier labeur, ou labour,
Donne à la France PHILISBOURG.

Le Dieu du Rhin en a dit : “ Fi!
Je sens les corps ensevelis,
Et non le bois de calembour,
Le long des murs de PHILISBOURG. ”

Staremberg, d'orgueil tout bouffi,
Nous donnait trois mois accomplis
Avant qu'ouïr sur leur tambour
La chamade dans PHILISBOURG.

Il s'est trompé dans son défi
Nos quartiers vont être établis
Sur mainte ville et maint faubourg
Par la prise de PHILISBOURG.

Ma foi, l'Empire est déconfit,
Si bientôt ne sont démolis,
Par la paix, les murs de Fribourg,
Et l'imprenable PHILISBOURG.
Google
 

ancre







W.Aractingi