Fables

Contes libertins

Récits poétiques

Correspondance

Théâtre et Opéra

Oeuvres en prose

Contact JMB


Lettre à Monsieur Bafoy


Monsieur,

Voici le temps de faire nos ventes venu. Nous avons sursis l'exploitation de celles de l'an passé, par déférence aux volontés de Son Altesse, et à ce que son conseil avait exigé de nous. Ainsi il y a tantôt deux ans que nous ne touchons rien de nos charges. Je m'adresse à vous plutôt qu'à pas un autre, sachant très bien que vous êtes pour la justice, et vous supplie, en mon particulier, et au nom de tous les officiers, de considérer qu'il n'y en a pas un de nous qui puisse ainsi attendre la jouissance de son revenu sans une extrême incommodité. Je ne crois pas que Son Altesse veuille que des gens qui ont eu assez de respect pour ne se pas vouloir servir de leurs arrêts soient réduits à ne pouvoir subsister, ni qu'Elle veuille que nous soyons plus mal-heureux que tous ses autres sujets. Je vous prie, monsieur, de faire savoir à Monsieur de Vivarais l'ordre que le conseil de Son Altesse prétend y mettre. Quo]' qu'il arrive, je serai toujours, Monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur
DE LA FONTAINE.

A Reims, ce 1er Septembre 1666.
Google
 

ancre







W.Aractingi