Fables

Contes libertins

Récits poétiques

Correspondance

Théâtre et Opéra

Oeuvres en prose

Contact JMB


Le Comte de Fiesque au Roi


Le Comte de Fiesque, issu d'une famille gênoise, se mit du côté du roi dans sa lutte contre la République de Gênes. Il revendiqua les droits de sa famille sur la ville dont il voulait être le roi. Afin de se sortir de cette impasse, un représentant du Vatican vint demander grâce au roi qui avait fait bombarder la ville. La république de Gênes versa au Comte de Fiesque une somme de 100.000 écus comme solde de tout compte (s'il acceptait de renoncer à la royauté de Gênes). La Fontaine fut ravi de la conclusion de cette affaire. En effet, Fiesque était son ami, un fin lettré qui appréciait les contes et les fables.
A l'occasion de cette victoire de Fiesque, La Fontaine écrivit un compliment au roi en vers. Le Comte les lut au souverain qui les trouva fort à son goût. La cote de La Fontaine remonta donc un peu dans l'esprit du roi...jusqu'à la prochaine fois!!

Vous savez conquérir les États et les hommes;
Jupiter prend de vous des leçons de grandeur;
Et nul des rois passés ni du siècle où nous sommes
N'a su si bien gagner l'esprit avec le coeur.

Dans les emplois de Mars, vos soins, votre conduite,
Votre exemple et vos yeux animent nos guerriers;
Vous étendez partout l'ombre de vos lauriers
La terre enfin se voit réduite
A vous venir offrir cent hommages divers;
Vous avez enfin su contraindre
Tous les cantons de l'Univers
A vous obéir ou vous craindre.
J'étais près de céder aux destins ennemis,
Quand j'ai vu les Génois soumis
Malgré les faveurs de Neptune,
Malgré des murs où l'art humain
Croyait enchaîner la Fortune
Que vous tenez en votre main.

Cette main me relève, ayant abaissé Gêne;
Je ne l'espérais plus, je n'en suis plus en peine.
Vos moindres volontés sont autant de décrets;
Vos regards sont autant d'oracles;
Je ne consulte qu'eux; et, malgré les obstacles,
Je laisse agir pour moi vos sentiments secrets.

Vous témoignez en tout une bonté profonde,
Et joignez aux bienfaits un air si gracieux
Qu'on ne vit jamais dans le monde
De roi qui donnât plus, ni qui sût donner mieux.
Google
 

ancre







W.Aractingi