Recommandations

Proposer un pastiche

Lire les pastiches

Les textes de Sam.

Contact JMB


La mouche et l'araignée


Quelqu’un d’esprit et de jugement,
Œuvre selon la raison,
L’idiot qui ne s’emploie à cet enseignement,
A ses dépens, en subit la leçon.

Après bien d’homériques boucheries,
De cruels accrochages, d’incessantes tueries,
Une mouche était bien aise d’avoir signé la paix,
Avec sa voisine, araignée fort éclopée,
A l’allure fuyante et l’air inquiet,
Qui n’avait plus qu’un œil, reliquat de maintes hostilités.

Voulant sceller l’événement
Et le célébrer dignement,
La mouche se donna grande peine
Pour se montrer douce et amène.

Elle pria la malheureuse dans son logis,
La fit entrer, referma l’huis,
L’assit dans un moelleux velours,
Et lui tint ce pieux discours :
« Dame araignée, vous êtes ici chez vous !
Profitez, dégustez, sachez combien je voue
D’amour à la concorde nouvelle entre nous !
Hélas, que j’ai de torts envers vous et les vôtres.
Et comme je voudrais que le passé fût autre !
Reprenez de ce rôt, goûtez à tous les mets,
Ne laissez un iota de ce que vous aimez ! »

L’interpellée eut très à cœur
D’obéir à tant de candeur.
La gueule entière à son affaire,
Elle fit de chaque plat désert,
Cependant que son hôte affable
Se bornait à garnir la table.

Puis, toute d’humilité et la mine contrite,
En parfaite comédienne, en fieffée hypocrite,
Elle dit : « Mais, j’y songe, ma chère,
Nous voici faisant bonne chère,
Quand je sais là, dehors, ma pauvrette famille :
Mon époux, mes fils, mes neveux et mes filles,
Mes oncles et mes tantes que ronge la disette,
Toute ma parentèle tant nue que maigrelette
Allons-nous les laisser jeûner jusqu’au soir ? »
« Certes non ! » répliqua, prodigue, la bonne poire,
Qui se leva, ouvrit, et devant qui passèrent
Trente et une araignées parmi les moins sincères.

Sans tarder cliquetèrent les prestes mandibules,
Des grandes et des menues, même des minuscules.
Elles avaient tant de rage, d’appétit et de colère,
Qu’elles se jetèrent sur la mouche et la dévorèrent.

Retenez la leçon, peuple accueillant,
À la gent famélique point ne devez promettre,
Dans notre monde où tout n’est pas bienfaisant,
Sachons reconnaitre nos ennemis et nos pairs.

nom

ancre







W.Aractingi